DE |  FR |  IT |  EN

Groupe Danzer

 

  • Siège principal: Baar (ZG)
  • Branche: Industrie forestière
  • Chiffre d’affaires / bénéfice (2010):                   
  • Propriété:                                            
  • Effectif (2010): environ 3‘000
  • CEO: Hans-Joachim Danzer

Depuis 1993, Danzer exploite du bois à travers sa filiale Siforco dans la région de Bumba (province de l’Équateur) en République démocratique du Congo. En 2005, la multinationale s’est engagée contractuellement à dédommager la population locale pour l’usage de ses forêts. Concrètement, elle a promis de construire à Yalisika une école et un centre médical. La promesse n’a jamais été honorée et la population a protesté. Danzer a mobilisé des forces de sécurité, ce qui a conduit en mai 2011 à de graves violations des droits humains.


Promesse non tenue

Le groupe suisse Danzer est l’un des principaux producteurs mondiaux de bois rond, de placage et de sciage. Sa filiale la Société Industrielle et Forestière du Congo (Siforco) est la deuxième plus grande entreprise de bois en République démocratique de Congo (RDC), avec des concessions dépassant deux millions d’hectares de forêt. Le groupe Danzer a obtenu la certification du Forest Stewardship Council (FSC), alors même que sa gestion des forêts en RDC est grevée de nombreux conflits sociaux. Or, pour pouvoir se réclamer du label FCS, une firme devrait, entre autres, remplir des critères sociaux comme le respect des droits humains et des droits du travail. Le groupe Danzer qualifie lui-même de durable sa gestion des forêts en RDC. Dans ses principes environnementaux, il accorde une très grande valeur au respect de l’être humain et de la nature : « Our Environmental and Safety Management System (ESMS) seeks to protect all employees, the general public, and our ecosystem. » L’expérience des habitants de Yalisika est cependant autre.Le groupe Danzer – à travers sa filiale Siforco – a commencé en 1993 à exploiter du bois dans la région de Bumba (province de l’Équateur) en République démocratique du Congo. En 2005, la multinationale a signé un accord avec la population locale, où elle s’engageait à dédommager les habitants pour l’usage de leurs forêts. Selon la loi sur les forêts en RDC, un tel accord est obligatoire pour toutes les firmes. L’école promise à la communauté de Yalisika ainsi que le centre médical qu’on lui a fait miroiter n’ont cependant jamais vu le jour.


Graves violations des droits humains

Le 20 avril 2011, en signe de protestation contre la violation du contrat, quelques habitants de Yalisika se sont emparés d’équipements appartenant à Siforco (filiale du groupe Danzer) : une radio, un panneau solaire et des batteries. Siforco a déposé une plainte qui a été rejetée par le tribunal local.

Parallèlement, la firme a demandé aux autorités locales d’intervenir dans le conflit avec la communauté. La nuit du 2 mai 2011, des forces locales de sécurité – quelque 60 soldats et policiers – ont attaqué brutalement la communauté forestière. D’où une série de bavures fatales: un habitant a été tué, plusieurs femmes et jeunes filles ont été violées, d’autres personnes innocentes ont été battues et appréhendées.

En collaboration avec l’ONG congolaise Réseau Ressources Naturelles (RRN), Greenpeace a mené une enquête sur ce cas et rassemblé des témoignages de diverses parties. Le résultat montre que Siforco a été directement impliquée dans les violations des droits humains le 2 mai 2011. La firme a fourni la logistique pour l’attaque, en particulier un camion avec un chauffeur. Elle a payé la bande de soldats et de policiers, qui a accompli la « mission de représailles ».


Etat actuel

Les événements de Yalisika ne constituent pas un cas exceptionnel. Ils montrent d’une manière exemplaire comment l’exploitation forestière fonctionne en RDC. Malgré la répression, les habitants et habitantes du village ont poursuivi leur protestation contre l’entreprise. Ils ont officiellement déposé plainte à la fin du mois d’août. La preuve d’un grand courage, quand on connaît les mesures répressives massives auxquelles s’exposent les personnes qui s’engagent pour leurs droits en RDC.

En octobre 2011, Danzer a tenté d’obtenir un arrangement à l’amiable avec la communauté de Yalisika. La population s’y est jusqu’ici refusé et a maintenu sa plainte. Greenpeace a déposé une plainte formelle auprès du FSC contre la certification du groupe Danzer.

Fin février 2012, le groupe Danzer a annoncé qu'il vendait sa filiale Siforco en République démocratique du Congo. Il ne donne aucune raison de cette session de Siforco au groupe américano-belge Blattner. La responsabilité de l'entreprise pour les événements de mai 2011 ne peut cependant être "vendue". L'enquête juridique sur l'attaque brutale suit son cours.


Pour des informations complémentaires

 

Exemple de cas du format PDF :

FEINHEIT Grafik Zürich – CI/CD, Webdesign, Flash, Webshop, XHTML/CSS