DE |  FR |  IT |  EN

Glencore

 

  • Siège principal : Baar (ZG)
  • Branche : Matières premières
  • Chiffre d’affaires / Ebitda : 145 milliards de dollars (2010) / 6,2 milliards de dollars (2010)
  • Propriété : Mains privées
  • Effectif : 57‘656 (2010)
  • CEO : Ivan Glasenberg

Glencore extrait des matières premières dans la République Démocratique du Congo (RDC). Les violations des droits humains sont légion dans la région minière du Katanga. Les problèmes les plus graves concernent la pollution des eaux et les conditions de travail dans les mines des filiales de Glencore. Celles-ci ont également un impact négatif sur les communautés environnantes et accroissent la précarité dans les « mines artisanales ».


Conditions de travail indignes

A partir du simple négoce, Glencore a poursuivi depuis 2002 une stratégie visant à accroître son contrôle sur tout le processus de production des matières premières. Ses investissements en Afrique, notamment en RDC avec Kamoto Copper Mining KCC (cotée en bourse sous le nom de Kantaga Mining Limited KML) et Mutanda Mining, s’inscrivent dans cette stratégie. L’investissement promet un rendement considérable : par ses filiales Glencore exploite six gisements de cuivre et de cobalt dans la province du Katanga, répartis sur une surface de plus de 40 km2. Selon des recherches effectuées sur place, Glencore achète également, via des négociants, des minerais extraits par les creuseurs artisanaux qui travaillent sur ses concessions.

Dans les mines artisanales, les conditions de travail sont déplorables. Les mineurs creusent trous et tunnels parfois presque à mains nues et sans équipement de sécurité. Pour pénétrer dans les mines, ils descendent le long des gravats, risquant la chute à chaque instant. De fait, les accidents dans les mines sont très fréquents. Dans la mine de Tilwezembe, dont la concession appartient à KCC/KML, le dernier accident remonte au 23 mai 2011 : dix creuseurs sont morts et six ont été grièvement blessés suite à un éboulement de terrain. Ni les négociants (Bazano et Misia Mining) ni la filiale de Glencore n’ont réagi à cet accident. Quant au travail des enfants, il est légion dans les mines artisanales du Katanga : ils sont plus de 30'000 enfants-travailleurs qui transportent des sacs de plus de 20 kilos, nettoient les minerais dans les rivières ou creusent la terre à la seule force de leurs bras.

Enfin, lorsque les entreprises décident de récupérer les mines pour développer une activité industrielle, les creuseurs sont chassés sans ménagement. En juin 2010, lors de l’évacuation de mineurs artisanaux d’une concession appartenant à la filiale de Glencore, trois creuseurs sont morts. Avant de donner l’ordre d’évacuation, KCC/KML n’a pris aucune mesure pour limiter les risques de violences et d’affrontements avec la police. Suite à ces évènements, aucune enquête n’a été demandée par KCC/KML pour connaître le déroulement des faits et aucune leçon n’a été tirée publiquement.

Dans les mines industrielles, les conditions de travail posent également problème. Les consignes de sécurité sont inexistantes et les prescriptions en matière de prévention peu respectées. Les ouvriers par exemple ne reçoivent pas les vêtements de protection adéquats, alors même que des relevés et des études ont démontré que le taux de radiation, notamment d’uranium, était extrêmement élevé dans ces mines. Les radiations peuvent engendrer des problèmes d’anémie, de diabète, de rein et d’infertilité. De plus, des cas de licenciement abusif sont régulièrement dénoncés dans les filiales de Glencore en RDC – KCC/KML et Mutanda Mining. Plusieurs centaines de personnes se sont ainsi retrouvées sans emploi au cours des dernières années, parfois simplement parce qu’elles tentaient de défendre les droits des travailleurs. Leur limogeage, le plus souvent, ne respecte pas les procédures légales.


Pollutions graves et fraude fiscale

KCC/KML ne met pas en place une politique de dialogue crédible et systématique avec les communautés qui vivent aux environs de ses mines. Les maisons villageoises subissent pourtant des dommages – fissures, dégradation des murs, etc. – dues aux explosions répétées qui ont lieu dans les mines à ciel ouvert. Les habitants du village de Musonoi, qui vivent à côté de la mine T17, ont adressé une lettre aux responsables de la mine, mais ils n’ont jamais reçu de réponse ni de dédommagement.

Au plan de la pollution, les usines des filiales de Glencore ont des pratiques scandaleuses. En effet, pour fabriquer les cathodes de cuivre, elles utilisent de l’acide sulfurique et d’autres substances toxiques. L’eau est également chargée de métaux lourds. Pourtant, aucun système de traitement n’a été mis en place et l’eau usagée est rejetée telle quelle dans les rivières. Résultat : la faune et la flore sont détruites et les riverains de Musonoi ne trouvent plus de poissons dans les cours d’eau.

Durant ces dernières décennies, les revenus du secteur minier en RDC n’ont cessé de diminuer. Cela est dû au fait que les entreprises minières recourent à de nombreuses « astuces » pour échapper aux taxes : falsification de documents, exportation illégale de minerais et sous-évaluation des quantités et concentrations de minerais déclarées.

Un rapport sénatorial publié en 2007 constate que le Trésor congolais n’a encaissé que 92 millions de dollars sur les 205 millions dus. KCC/KML dispose d’un réseau de filiales dans trois paradis fiscaux : les Bermudes, les îles Vierges et l’île de Man. Bien que KCC/KML soit en passe de devenir le plus grand producteur de cuivre en RDC, elle ne paiera que des impôts minimes : entre 2010 et 2013, un million de dollars par an selon ses propres projections. En comparaison, un concurrent de taille analogue en RDC comme First Quantum Minerals a versé 57 millions de dollars en 2009.


Etat actuel

Glencore ambitionne de devenir – via KCC/KML et Mutanda Mining – le plus grand producteur de cobalt et de cuivre au monde d’ici à 2015. Pourtant, malgré leurs bénéfices faramineux, Glencore et ses filiales n’accordent apparemment aucune importance à leur impact économique, social et environnemental. Il serait temps que Glencore prenne des mesures pour que ses filiales aient à répondre de leurs actes en matière de droits humains et d’environnement.

Les organisations d’entraide Pain pour le prochain et Action de Carême travaillent sur le thème de l’extraction minière au Congo. En juin 2011, elles ont remis une pétition au Conseil fédéral sous le titre : « Les entreprises doivent respecter les droits humains ». Le gouvernement a répondu que la Suisse s’engage aujourd’hui déjà fortement dans les initiatives volontaires pour davantage de responsabilité des entreprises. Glencore cependant continue de violer les droits humains et de polluer l’environnement dans ses concessions minières.


Liens pour des informations complémentaires

 


Exemple de cas au format PDF :

FEINHEIT Grafik Zürich – CI/CD, Webdesign, Flash, Webshop, XHTML/CSS